11 janvier

11 janvier
 

11 janvier.

#005

 

Les périodes de transition, telles que des fins ou débuts d’année, sont toujours des moments propices pour regarder en arrière, évaluer le chemin parcouru, et celui à venir.

Influenz n’en est qu’à ses débuts. Et il est clair pour moi qu’il est temps de regarder vers l’avant, vers ce qui m’attend. Les idées, les projets et les possibilités d’évolution sont innombrables. La liste de choses à faire est grande, et s’agrandit chaque jour un peu plus. Malgré les nombreuses heures consacrées à ce projet, l’impression de toujours n’être qu’au commencement ne se défait pas; la masse de choses à faire est telle que je pourrais croire que je n’avance pas; que tout reste à faire.

Contrairement aux doctrines qui conseillent de toujours regarder en avant, je crois qu’il est important de savoir regarder en arrière. Pour savoir apprécier son propre chemin, évaluer ses erreurs et ses choix avec plus de recul.

Si vous êtes adeptes de «todo list», vous savez comme moi comme il peut être frustrant de regarder sa liste de choses à accomplir, sans jamais la voir diminuer. Au fur et à mesure que vous accomplissez vos tâches, d’autres viennent s’y ajouter, dans un processus sans fin. C’est pourquoi je crois important et nécessaire de s’arrêter parfois, de regarder le chemin parcouru, les cases cochées, les lignes biffées, et toutes les choses que vous avez accomplies et déjà oubliées parce que vous êtes focalisé sur ce qui est à suivre. Il est important de se focaliser sur la suite pour avancer. Mais il est important de réaliser aussi le chemin parcouru. Lorsque nous marchons en montagne, nous regardons le sommet à atteindre. Et il paraît toujours loin, ne se rapprochant qu’au dernier moment, juste avant de l’atteindre. Pourtant, lorsque la fatigue se fait sentir, il est bon de se retourner quelques instants, de voir la hauteur acquise, la plaine et le paysage somptueux qui s’étendent désormais là où nous avions commencé à marcher, loin en bas. Et de réaliser alors que même s’il reste encore de la route, du chemin a déjà été parcouru.

Influenz n’en est qu’à ses débuts, et je pourrais croire que je n’avance pas. Mais rien n’est plus faux. Comme pour ces todo lists, comme pour la marche, si je m’arrête un instant, je peux constater le chemin parcouru: de nombreux objectifs ont été atteints, de nombreuses idées ont été concrétisées, le trafic augmente régulièrement et Influenz commence à s’étendre au-delà de ses propres limites via les réseaux sociaux.

Influenz avance bel et bien. À son rythme. Avec régularité. Elle évolue.

Car c’est bien d’évolution qu’il s’agit. Loin de moi les idées de croissance fulgurante, d’augmentation artificielle ou de précipitation. Je crois à l’évolution. Au mouvement régulier et à la souplesse, au temps, et à la qualité. Et la qualité est chronophage, comme le bon vin elle a besoin de mûrir. L’évolution est une constante de notre univers: le monde évolue, a toujours évolué, et l’humanité ne fait que partager cette danse: notre monde continuera d’évoluer, avec ou sans nous. Mais il évoluera.

Le développement d’Influenz se rapproche sans doute un peu de notre propre évolution humaine: apprendre à chasser, et développer l’agriculture, pour répondre à des besoins; parce que nous avons faim. Apprendre à coudre parce que nous avons froid. Et partager ces découvertes, afin que d’autres puissent emprunter le même chemin et suivre leur évolution. S’adapter, évoluer, en restant fidèle à ses valeurs profondes. Un principe partagé par de nombreuses grandes entreprises de ce monde, et que Sénèque avait déjà décrit il y a bien longtemps: «La vraie sagesse n’est pas de s’éloigner de la nature, mais de façonner son comportement selon ses lois et son modèle».

Cette notion d’évolution a toujours été au coeur d’Influenz: développer ses connaissances, son savoir-faire, sa vision. Élargir ses perspectives, solidifier ses bases, tout en restant mobile, se renouveler. Le tout avec une certaine forme d’autodéveloppement: se développer à partir de ses propres besoins, se nourrir de ses propres avancements et connaissances, et les partager.

Au fil de ces réflexions, et en constatant qu’Influenz, bien que très jeune, évolue aussi très vite, je pense qu’il est utile de créer un historique du développement de la plateforme. Une timeline, retraçant cette fameuse évolution à laquelle je suis attaché. Ceci afin que d’autres puissent constater le chemin parcouru, le comprendre. Et pour moi également, de pouvoir regarder en arrière, et de pouvoir avec satisfaction contempler le chemin parcouru.

De la même manière qu’avec une todo list, où après une journée très active on peut se retrouver, le soir venu, épuisé et ayant l’impression de n’avoir rien fait. Mais regarder alors tous les éléments de sa liste que nous avons biffés nous permet d’apprécier le travail effectué. De la même manière, je peux, en regardant cet historique, apprécier le développement, le travail effectué, et l’évolution d’Influenz.

To be continued…

 
 

Swiss photographer living & working in Lausanne.
Looking for beauty, precision & humanity.