La synthèse des couleurs

COULEUR  / Les synthèses additives et soustractives des couleurs

COULEUR / Les synthèses additives et soustractives des couleurs

 

Dans le domaine de la colorimétrie et de la synthèse des couleurs, il est important de comprendre qu’il existe deux modèles de référence très différents, selon si l’on parle de lumière ou de pigment


 

Dans la synthèse des couleurs, lorsque l’on fait référence à la lumière, on parle de synthèse «additive» des couleurs. C’est ce modèle qui est utilisé sur nos écrans, sur le web ou encore en photographie numérique. À l’inverse, on parle de synthèse «soustractive» des couleurs lorsque l’on fait référence à des pigments (peinture, encre, etc.). Ce deuxième modèle correspond à ce qui est utilisé en peinture, en imprimerie et sur vos imprimantes, ou encore en photographie argentique.

[ Synthèse additiveSynthèse soustractive ]

 

La synthèse «additive»

 

Du noir vers le blanc 

 
Synthèse additive :  du noir vers le blanc

Synthèse additive: du noir vers le blanc

La synthèse additive des couleurs est le procédé consistant à mélanger plusieurs sources lumineuses colorées dans le but d'obtenir une gamme de couleurs.

Dans le noir, si vous allumez une lampe de poche, le sol devant vous s’éclairci quelque peu. Pointez maintenant une deuxième lampe sur la même zone: celle-ci devient plus lumineuse. Ajoutez une troisième lampe: la zone devient encore plus lumineuse. 

Chaque source lumineuse ajoute de la lumière à la précédente, et le mélange obtenu est plus clair; c’est pour cela que l’on parle de synthèse «additive»: cette synthèse fonctionne par l’addition de lumière. L'absence de lumière donne du noir; et l’ajout de suffisamment de lumière donne le blanc. 

 
 
 

Le modèle RVB / RGB

Synthèse «additive» des couleurs
Modèle «RVB»: Rouge / Vert / Bleu

 
 

La synthèse additive des couleurs utilise généralement une combinaison de trois lumières colorées: rouge, verte, et bleue, communément appelée «RVB» (en anglais: «RGB» pour “red, green, blue”).

Le mélange de ces trois différentes lumières colorées, en proportions variables, permet de recréer l’ensemble des couleurs.

Imaginez le même scénario que précédemment, sur une scène de théâtre. Sans aucune lumière, votre scène est plongée dans l’obscurité: le noir. Allumez un projecteur rouge: vous ajoutez de la lumière, votre scène et plus lumineuse, et passe du noir au rouge. Allumer maintenant un deuxième projecteur, vert. Votre scène est encore plus lumineuse, et le mélange du rouge et du vert produit une couleur plus claire: le jaune. Ajouter un dernier projecteur, bleu: le mélange du bleu et des deux autres couleurs produit le magenta et le cyan.

Chaque projecteurs que vous allumez éclairci encore la scène, et le mélange résultant devient plus clair puisque vous ajouter de la lumière. Cette synthèse est appelée “additive”, car à chaque nouveau mélange vous additionner de la lumière. Le mélange de toutes les couleurs produit le blanc.

Ce procédé de synthèse des couleurs est utilisé notamment dans les écrans. Ceux-ci sont constitués d’une multitude de pixels lumineux rouges, verts et bleus. Le mélange de ces couleurs produit l’ensemble des couleurs visibles sur l’écran.

 

 

La synthèse «soustractive»

 

Du blanc vers le noir

 
Synthèse soustractive :  du blanc vers le noir

Synthèse soustractive: du blanc vers le noir

La synthèse soustractive des couleurs est le procédé consistant à mélanger plusieurs colorants pour obtenir une gamme de couleurs.

Imaginez une toile de peinture à l’aquarelle. Sans peinture, votre toile est blanche. Passez une première couche de peinture et votre toile devient un peu plus foncée. Passez maintenant une deuxième couche, et votre toile sera encore plus foncée. Passer une troisième couche et le résultat sera encore plus foncé.

Les colorants fonctionnent comme des filtres: chaque couleur absorbe un peu de lumière. Chaque couche de peinture enlève donc de la lumière, et le mélange obtenu est plus foncé; c’est pour cela que l’on parle de synthèse «soustractive»: cette synthèse fonctionne par la soustraction de lumière. L'absence de colorants donne du blanc (le papier); et l’ajout de suffisamment de couleurs donne le noir. 

 
 
 

Le modèle CMJN / CMYK

Synthèse «soustractive» des couleurs
Modèle «CMJN»:
Cyan / Magenta / Jaune / Noir

 
 

La synthèse soustractive des couleurs utilise généralement une combinaison de trois colorants, auxquels s’ajoute le noir: cyan, magenta, et jaune, communément appelée «CMJN» (en anglais: «CMYK» pour “cyan, magenta, yellow et key”).

Le mélange de ces trois différents colorants, en proportions variables, permet de recréer l’ensemble des couleurs.

Imaginez le même scénario que précédemment. Sans aucune couleur, votre toile est lumineuse: le blanc. Ajouter une couche jaune: vous absorber de la lumière, votre toile et plus sombre, et passe du blanc au jaune. Ajouter maintenant une deuxième couleur, magenta. Votre toile est encore plus sombre, et le mélange du jaune et du magenta produit une couleur plus sombre: le rouge. Ajouter une dernière couleur, cyan: le mélange du cyan et des deux autres couleurs produit le vert et le bleu.

Chaque couleur que vous ajouter assombri encore la toile, et le mélange résultant devient plus foncé puisque vous absorber/filtrer de la lumière. Cette synthèse est appelée “soustractive”, car à chaque nouveau mélange vous soustrayez de la lumière. Le mélange de toutes les couleurs produit le noir.

Ce procédé de synthèse des couleurs est utilisé notamment en impression. Les imprimantes sont constituées de quatre encres cyan, magenta, jaune et noire. Le mélange de ces couleurs produit l’ensemble des couleurs visibles sur le papier.

 
 

#006Mise à jour: 2019.07.12